Slow jigs Hayabusa : L'animation en long fall

Nous vous avons déjà montré l’animation en slow pitchs (tirées courtes à un rythme lent) ou en high pitch (tirées courtes à un rythme plus rapide) du slow jig Hayabusa. Ce maniement est très attractif mais il existe également une technique spécifique qui s’avère ultra efficace sur tous les prédateurs marins : le long fall. Au Japon, il existe ainsi différentes écoles privilégiant une animation du slow jig en particulier. Et certains spécialistes nippons pratiquent le slow jigging presque uniquement avec des long falls en alternance avec des slow pitchs. Leurs résultats parlent d’eux-mêmes !

Beau denti de 5,5 kg pris au Jackeye Slow Hayabusa !

L’art du long fall

Le long fall est une technique d’une rare efficacité mais il nécessite un slow jig offrant une nage attractive à la descente – ce qui n’est pas le cas de tous les modèles sur le marché. Et à ce jeu là, le Jackeye Slow Hayabusa est d’une efficacité redoutable !

Animation slow jigging avec des slow pitchs

Jackeye slow Hayabusa : ultra attractif à la descente !
Disposant d’un équilibrage central, le Jackeye Slow Hayabusa coule à l’horizontale. Avec ses deux faces asymétriques (une bombée et l’autre pyramidale), il descend en feuille morte tout en présentant alternativement chacun de ses cotés dans un rolling extrême. Cette évolution aussi imprévisible que naturelle est hyper attractive sur tous les prédateurs !

Jackeye Slow Hayabusa

Le principe du long fall est de profiter de la nage papillonnante de votre slow jig à la descente en produisant une coulée contrôlée sur quelques mètres. La canne est levée haut à la verticale vers le ciel puis le scion est rabattu soudainement vers l’eau. Le slow jig coule donc librement sans être retenu par la tresse, développant ainsi sa nage imprévisible sans la moindre tension. Pour encore plus d’attractivité, il est conseillé de lever progressivement la canne tout en effectuant des slow pitchs avant de la rabaisser brusquement. Sachez que vous pouvez laisser couler le jig sans mouliner mais qu’il est également possible d’effectuer une courte récupération afin d’enchainer sur plusieurs long falls successifs dans une animation ascensionnelle.

Une fois que vous avez rabaissé votre canne, observez attentivement le fil à la surface de l’eau. Le leurre descendant en papillonnant coule à une vitesse assez constante. Au moindre arrêt suspect ou lors d’une accélération de la descente, cela signifie qu’un poisson a intercepté votre Jackeye slow en revenant vers vous ou qu’au contraire il part avec le leurre. Dans les deux cas, il est vivement recommandé de ferrer énergiquement et de façon ample tout en moulinant pour récupérer le mou de la bannière. En effet, le leurre n’étant pas sous tension, les hameçons ne sont pas encore plantés dans la gueule du carnassier. Vous constaterez que même de très gros prédateurs peuvent ainsi occasionner des touches très fines !

Même avec un denti de cette taille, la touche à la descente lors d’un long fall est très subtile !

Astuce

Lorsque vous baissez la canne brusquement, le vent peut rabattre la tresse sans tension vers les anneaux de votre canne et s’y emmêler. Le problème est alors que si un poisson vient à mordre à ce moment précis, la tension soudaine peut casser votre ligne – voire même votre canne ! Il sera donc conseillé de bien projeter sur le coté votre bannière lors du long fall en tenant compte de la direction du vent.

Avantages de la nage du Jackeye Slow à la descente

  • Le rolling
    Avec son équilibrage central, le Jackeye Slow se place automatiquement à l’horizontale à la descente. Son profil aux faces différentes fait qu’il recherche constamment son équilibre lors de la coulée. Il oscille donc sur lui-même par rapport à son axe en présentant alternativement chacun de ses cotés. Ce rolling extrême est d’une grande attractivité sur les prédateurs !

Grâce à ses faces différentes, le slow jig Hayabusa coule en oscillant fortement sur son axe d’un coté à l’autre dans un rolling extrême.

  • Nage en feuille morte
    Grace à ses faces asymétriques, le Jackeye Slow effectue également de vives embardées latérales de grande amplitude durant sa descente. Cette évolution virevoltante et papillonnante « en feuille morte » force la carnassier à attaquer rapidement car il ne peut savoir à l’avance où va partir le slow jig. Associé à son rolling extrême, cette nage très erratique reproduisant celle d’une proie mourante est particulièrement efficace sur tous les carnassiers !

Avec son profil asymétrique, le Jackeye Slow Hayabusa descend en feuille morte tout en roulant sur lui-même dans un rolling extrême : hyper attractif !

Un ensemble adapté et une ligne fine
Pour la pratique du slow jigging, un ensemble casting sera vivement recommandé. En effet, contrairement à un moulinet spinning, la récupération du fil est dans l’axe du moulinet, ce qui vous permet de ressentir les touches à la descente. Un réel avantage avec cette technique où une grande partie des prises s’effectue lors de cette étape ! Un ensemble casting est également beaucoup plus pratique car il suffit d’appuyer sur une gâchette ou un levier pour libérer du fil et de mouliner pour enclencher la récupération. Il offre enfin une bien meilleure réactivité, ce qui vous permet de ferrer beaucoup plus rapidement.

Une fois la canne brusquement baissée lors du long fall, le fil flotte détendu en surface.

Le slow jig descend en papillonnant fortement et retend progressivement la tresse

Le fil se retend. On ne recommence l’animation que lorsque le slow jig repese dans la canne.

Avec la technique du slow pitch et du long fall, la ligne n’est pas continuellement en tension comme en jigging classique. Le slow jig n’est manié que sur quelques dizaines de centimètres et les phases de relâchers sont nombreuses. La technique même du long fall joue même sur l’attractivité de votre leurre lorsque vous détendez complètement votre ligne. L’utilisation d’une tresse très fine en PE #1 à 1,5 (20 à 30 lb) est donc absolument nécessaire pour mieux fendre l’eau. En effet, le moindre ventre causé par les courants empêcherait le contrôle du jig et rendrait votre animation totalement inefficace. C’est d’autant plus important lors des phases de relâchers pendant les long falls. N’hésitez donc pas à pêcher très fin : c’est un des secrets de la technique du slow jigging !

Au moindre arrêt suspect, un ferrage appuyé tout en moulinant pour résorber le mou de la ligne est vivement recommandé !

L’importance de l’armement

Dans la technique du slow jigging, il conviendra d’armer votre slow jig Hayabusa aussi bien en tête qu’en queue. En effet, après son jerk, le jig à l’équilibrage central se place automatiquement à l’horizontale. L’attaque peut donc survenir sur n’importe quelle partie du leurre. Il sera ainsi recommandé d’utiliser un assist double à l’avant et un autre à l’arrière. Le Jackeye Slow étant court et trapu, il sera également nécessaire de choisir un modèle ayant une tresse assez courte afin d’éviter que les hameçons ne s’emmêlent entre eux ou encore qu’ils ne s’accrochent à votre bas de ligne. Nous vous conseillons donc les excellents les FS455 et FS457 Hayabusa qui offrent la particularité d’avoir des longueurs de tresse différentes afin de correspondre à tous les grammages des Jackeye Slow. Les hameçons de ces assists Hayabusa sont hyper piquants et leur revêtement Téflon leur assurent une pénétration facilitée dans la robuste gueule des prédateurs. C’est un réel avantage lorsqu’on pratique la technique du long fall car le leurre n’est pas sous tension comme en jigging classique. L’attaque survenant lors de la descente, l’excellent piquant de ces assist hooks vous garantira un bien meilleur ratio touches / prises.

Un moulinet casting est pratique en slow jigging car il permet de ressentir les touches à la descente

Les assists hooks FS455 et FS457 Hayabusa sont parfaits pour armer vos Jackeye Slow

Ensemble pour la pêche en slow jigging

Long falls : spécial poissons difficiles !

Ce denti de 5,5 kg a attaqué le Jackeye Slow Hayabusa lors d’un long fall

Cette technique est particulièrement efficace sur les prédateurs – surtout lors de conditions difficiles. La descente papillonnante du Jackeye slow est complètement imprévisible pour leSlow prédateur, – imitant donc à la perfection le vivant et augmentant ainsi de façon considérable son attractivité. À proximité du fond, les long falls sont ainsi ultra efficaces sur les sparidés carnassiers tels que les dentis, les pagres, les pageots, etc. C’est d’autant plus vrai avec des eaux très claires, une mer trop calme et des poissons éduqués. Une animation d’une redoutable efficacité sur ces prédateurs benthiques est d’enchainer dés le départ du fond une série de 4 à 5 slow ptichs tout en relevant progressivement la canne puis d’effectuer un long fall. La plupart du temps, la touche survient lors de la descente.

Il existe également un pélagique qui est particulièrement sensible à une animation en long falls : le sabre ! Ce prédateur attaque quasi systématiquement lors de la descente du Jackeye slow. Ainsi, le guide de pêche réputé Fabien Harbers qui connait parfaitement ce poisson le pêche en alternant slow pitchs et long falls. Ce maniement est hyper efficace sur cette espèce ! Il sera néanmoins recommandé d’utiliser un bas de ligne en acier car la sabre à la terrible dentition est maladroit lors de ses attaques et il n’est pas rare qu’il morde au dessus du leurre. Vous noterez également que les long falls sont également très prenants sur des poissons tels que les chapons, les Saint-pierres, les bars, les lieus, les maigres, etc.
En résumé, laissez le Jackeye Slow Hayabusa faire lui même le travail. Il est fait pour ca !

Comme le guide de pêche Fabien Harbers le sait, le sabre est un prédateur qui adore l’animation en long falls !