La technique du jigging

L’origine du jigging

Cette technique d’origine japonaise se nomme également « speed jigging ». comme l’indique cette appellation (speed : vitesse). Cette technique consiste en une animation très rapide et énergique du fond jusqu’à la surface. On utilise des leurres métalliques lourds appelés « jigs » qui reprennent le profil fusiforme d’un poisson fourrage. Pour un maximum d’efficacité ces leurres sont maniés à la verticale du bateau. Leur poids et leur densité seront donc élevés afin d’atteindre les profondeurs importantes(50 à parfois plus de 200 m). Les jigs utilisés pèsent ainsi entre 100 et 300 g. Les ensembles employés avec la technique du speed jigging feront entre 30 et 50 lb en France. Ils pourront monter jusqu’à 80 / 100 lb pour l’exotique. Les cannes sont généralement assez courtes pour un maniement facilité avec cette gestuelle assez rapide.

L’animation

Le maniement du jig est assez physique car elle consiste à effectuer des tirées franches à un rythme élevé tout en moulinant. La récupération au moulinet s’effectue uniquement lorsqu’on redescend la canne après la tirée afin de résorber le mou de la ligne. Cette technique demande donc un peu d’apprentissage pour trouver la bonne cadence. La tirée doit être assez violente pour bien faire jerker le jig dans une embardée latérale de grande amplitude. En se désaxant successivement d’un coté à l’autre comme dans un walking the dog sous-marin, ce leurre imite alors une proie apeurée tentant de fuir désespérément. Cela aura pour effet de provoquer l’attaque des carnassiers.  

Le jigging: Une technique sportive

Cette technique étant assez éprouvante, une bonne condition physique sera requise. En effet, outre la vitesse élevée du maniement d’un jig lourd, la grande longueur de ligne exposée aux courants rajoute encore du poids au leurre lui-même. Le jigging est néanmoins d’une rare efficacité sur tous les prédateurs marins. Et plus spécifiquement les espèces pélagiques chassant en pleine eau tels que le sabre, la sériole, le thon, la pélamide, etc. Il sera également  possible de toucher près du fond des poissons benthiques (dentis, pagres, chapons, baudroies, etc.). En exotique, cette technique est reconnue comme étant une des plus efficaces à utiliser sur tous les types de carnassiers (carangues, thons à dents de chien, carpes rouges, thazards, etc.)